topblog Ivoire blogs

31/01/2013

"le Roman de la promo Voltaire "de Martin Leprince – Editions Jacob-Duvernet

Pour la première fois, un journaliste a enquêté sur cette promotion pas comme les autres de l'ENA qui a accueilli un lot exceptionnel de futurs dirigeants politiques : François Hollande, Ségolène Royal, Dominique de Villepin, Renaud Donnedieu de Vabres, Michel Sapin, Henri de Castries.

Martin Leprince, l'auteur de l'ouvrage, a rencontré plus de 100 "voltairiens". La promotion Voltaire est issue d¹une génération qui était adolescente en mai 68 et qui a été diplômée à l¹aube de l¹alternance socialiste de 1981. Elle était composée de gamins trop sérieux qui se sont hissés au sommet de l'État ou du CAC 40, qui ont hanté les cabinets ministériels ou qui sont restés fidèles au service de la République. Depuis plusieurs années, et plus encore depuis l'élection de François Hollande en mai dernier, cette promotion fait l'objet de multiples articles de presse et engendre tous les fantasmes. Mais leur véritable histoire n'avait jamais été racontée.

 
Extrait du portrait de François Hollande

 
"S’il passe son temps à discuter avec les uns ou les autres et donne l’illusion d’être copain avec chacun, François reste cependant avare en confidences. Il semble s’engager beaucoup dans les relations mais conserve toujours un côté fuyant. À l'exception de certains proches, même ses amis ne connaissent pas grand-chose de sa vie privée. Au début de la scolarité, François était en couple avec une jeune filles du nom de Dominique Robert, nièce du député du Calvados Louis Mexandeau. Lorsque le couple rompt, vraisemblablement au cours de l'année 1978, il ne met que de rares personnes dans la confidence. François ne passe pas pour un dragueur mais connaît un certain succès auprès des filles. Malgré un physique plutôt banal, pour lequel il avoue un complexe, le jeune homme fait preuve d'un réel magnétisme. Même l'encadrement de l'ENA remarque qu'il est très souvent entouré de camarades féminines qui ne semblent pas totalement insensibles à son charme."

 
« Parmi les énarques, vous aviez des gens brillants et très cultivés, des gens brillants avec

une culture médiocre, des gens cultivés mais pas très brillants, et des gens qui n’étaient ni

brillants ni cultivés. »

Un voltairien

Si la prestigieuse École nationale d’administration a accueilli depuis sa création son lot de

futurs dirigeants politiques, aucune promotion de l’ENA n’a atteint une renommée équivalente

à celle des voltairiens.

François Hollande, Ségolène Royal, Dominique de Villepin, Renaud Donnedieu de Vabres,

Michel Sapin, Frédérique Bredin, ou encore Henri de Castries et Jean-Pierre Jouyet composent

notamment cette promo qui s’est retrouvée dans les locaux de la rue de l’Université

entre 1978 et 1980. Leur jeunesse, comme celle de leurs camarades, fut marquée par une

concurrence exacerbée pour obtenir les grands corps de l’État, par un engagement politique

principalement marqué à gauche ou par une contestation du fonctionnement de l’école.

La promotion Voltaire est issue d’une génération qui était adolescente en mai 68 et qui a été

diplômée à l’aube de l’alternance socialiste de 1981. Elle était composée de gamins trop

sérieux qui se sont hissés au sommet de l’État ou du CAC 40, qui ont hanté les cabinets

ministériels ou qui sont restés fidèles au service de la République. Depuis plusieurs années,

et plus encore depuis l’élection de François Hollande en mai dernier, cette promotion fait

l’objet de multiples articles de presse et engendre tous les fantasmes. Mais leur véritable

histoire n’avait jamais été racontée.

En s’appuyant sur les témoignages d’une centaine de voltairiens et d’une dizaine d’autres

témoins de l’époque, le journaliste Martin Leprince retrace l’aventure collective et les destins

croisés de ceux qui composent la plus célèbre

promotion de toute l’histoire de l’ENA.

 

EXTRAIT

 
“ Dominique de Villepin n’est pas non plus très porté sur

la convivialité. « Galouzeau », comme la plupart l’appellent, arrive juste avant le début des

cours et repart aussitôt après. Le jeune homme n’est pas du genre à s’attarder dans

les couloirs pour discuter.”

29/01/2013

Jeux en ligne : qui veut gagner des millions [d'accros] ?

 

 

 

 

 

 

 

 


Jacques DRAUSSIN

LE MEILLEUR DU FIFDA : FESTIVAL INTERNATIONAL DES FILMS DE LA DIASPORA AFRICAINE

Le meilleur du FIFDA (Festival International des Films de la Diaspora Africaine) est un ciné-club organisé par L’association Lovita et l’association Festival des Films de la Diaspora Africaine en collaboration avec le cinéma Action Christine.

L’Association Lovita est une association à but non lucratif qui œuvre pour la promotion du cinéma africain en Europe. Pour encourager les salles françaises à inclure les films africains dans leur programmation, l’association organise fréquemment des ciné-clubs en collaboration avec les réalisateurs ou les distributeurs de films africains.


FIFDA a été conçu et organisé par l’association Festival de Films de la Diaspora Africaine. Cette association à but non lucratif a un projet social et culturel dont l’objectif est d’élargir l’intérêt pour les cinémas d’Afrique et le cinéma de tous ceux qui, partout dans le monde, tracent leur origine en Afrique. Une distinction autant marquée dans la sélection de films qui incitent à poser un regard différent sur des œuvres s’intéressant aux cultures de l’Afrique et de la diaspora africaine, quelle que soit l’origine ou la nationalité du cinéaste

Face au succès des deux précédentes éditions qui se sont tenues à Paris en 2011 et en 2012 et pour satisfaire la forte demande du public, l’Association Festival de Films de la Diaspora Africaine s’associe avec l’association Lovita, pour organiser le ciné-club le meilleur du FIFDA.

 

Du 17 janvier au 20 juins 2013, les six meilleurs films issus de la programmation du FIFDA seront projetés au cinéma Action Christine

 

PROGRAMME

 

 

 

 
MUSULMAN (Mooz-Lum) de Qasim Basir (États-Unis, 2011)
Elevé par une famille musulmane orthodoxe, un jeune afro-américain découvre à travers sa nouvelle vie universitaire en campus un monde et une vie sociale qu’il n’avait jamais connu jusque-là. A la suite du 11 septembre, il doit faire face à son passé et prendre une des plus importantes décisions de sa vie.
Jeudi 17 janvier 2013 @ 20h 30

 

 

 

 
UNE FEMME PAS COMME LES AUTRES de Adboulaye Dao (Burkina Faso, 2009, 101mins, comédie en français)
Trompée dans son propre lit conjugal par un homme avec qui elle vit depuis sept ans, Mina dirigeante d'entreprise prospère, décide de prendre un deuxième mari. Le couple survivra t’il à cette épreuve ?
Jeudi 14 février 2013 @ 20h 30

 

 

 

 
UN SEUL PEUPLE (Wan Pipel) de Pim de la Parra (Surinam/Pays-Bas, 1976, néerlandais/hindi/)
Roy est un jeune noir surinamais qui étudie à Amsterdam. Quand il apprend que sa mère est mourante, il emprunte de l'argent à son amie néerlandaise et retourne dans son pays natal. Sur place, il scandalise tout le monde quand il entame une relation avec Rubia, une jeune hindou. Roy se retrouve face à un dilemme : rester avec Rubia au Suriname, ou retourner aux Pays-Bas.
Jeudi 21 mars 2013 @ 20h 30

 

 

 

 
Comment conquérir l'Amérique en une nuit de Dany Laferrière
(Canada/Haiti, 2004, 96mins, comédie, français)
Fraîchement arrivé à Montréal avec pour mission de conquérir l’Amérique en charmant une femme blonde, Gégé, jeune Haïtien dans la trentaine débarque chez Fanfan, son oncle casanier qui a troqué la poésie contre un bon vieux taxi. En l’espace d’une nuit qui se terminera de façon inattendue, Gégé et Fanfan, tenteront donc de conquérir... l’Amérique !
Jeudi 18 avril 2013 @ 20h 30

 

 

 

 
ASHAKARA de Gérard Louvin (Burkina Faso/Togo/Suisse/France, 1991, 90mins, drame, français)
Dodi, une guérisseuse des montagnes togolaises, possède un remède efficace contre une grave maladie. Son frère, le Dr Kara, médecin aussi brillant que têtu, veut produire le médicament à grande échelle en Afrique. Il devra se battre contre un trust européen qui distribue un produit concurrent, bien plus cher.
Jeudi 16 mai 2013 @ 20h 30

 

 

 

 
LA BANANE de Franck Belieu (Cameroun, 2011, documentaire, Français)
Ce documentaire expose l'impact négatif sur les communautés locales des agissements d’un gouvernement qui favorise les multinationales et leurs profits au détriment des populations locales qui subissent pauvreté, pollution et maladies liées à l’utilisation de dangereux pesticides.
Jeudi 20 juin 2013 @ 20h 30