topblog Ivoire blogs

11/05/2013

11 mai 2013 : cela fait 761 jours que Michel Gbagbo est incarcéré à Boun

PRECISION:


transféré, à la PISAM à ABIDJAN, pour raison de santé, le 18 avril dernier. Michel GBAGBO y est à ce jour toujours hospitalisé.

 

Paris, le 8 mai 2013 - Les autorités ivoiriennes maintiennent et accentuent le cap de la violation des droits de la défense, et des droits de l'Homme.

En effet, le Ministre de la Justice et des Droits de l'Homme aurait donné l'ordre d'interdire à quiconque y compris aux avocats de pouvoir visiter Madame Simone EHIVET GBAGBO et Monsieur Michel GBAGBO.

C'est ainsi que malgré l'autorisation de visite permanente obtenue, les avocats n'ont pu visiter leurs clients ce jour.
Plus grave, nous apprenons de sources officieuses, que les autorités ivoiriennes auraient profité de l'anesthésie générale dont faisait l'objet Madame Simone EHIVET GBAGBO, dans le cadre des soins qui lui étaient prodigués à l'Hôpital, pour la transférer contre son gré et manu militari vers une direction inconnue à ce jour par ses Conseils.

Ce transfert a été effectué dans la précipitation, sans que les avocats n'aient été informés, et sans que Madame Simone EHIVET GBAGBO n'ait pu prendre ses effets personnels.


Etant observé que nous craignons bien évidemment que le même procédé soit employé à l'égard de Monsieur Michel GBAGBO dont la visite nous est désormais refusée.

Tout cela constitue de graves violations aux droits attachés à la personne humaine, et surprenant de la part des autorités ivoiriennes dont le Gouvernement est doté d'un Ministère de la Justice et des Droits de l'Homme !


Les autorités ivoiriennes démontrent ainsi que le retour à un Etat de droit n'est toujours pas une réalité en Côte d'Ivoire, et encore moins à l'ordre du jour.

Maître Habiba TOURE, avocat à la cour.

 


11mai.jpg

Les commentaires sont fermés.