topblog Ivoire blogs

07/03/2013

Médicaments : Propositions au gouvernement sur le Code de Bonnes Pratiques

 


1001Pharmacies.com demande une concertation sur la vente en ligne de médicaments


Positionné en première ligne pour le développement de la vente en ligne, 1001Pharmacies.com propose sa vision et ses axes de réflexion sur le « Code de Bonnes Pratiques » du Gouvernement.
http://www.1001pharmacies.com
 
Pour se mettre en conformité avec la loi européenne, la France a autorisé la vente en ligne de médicaments sans ordonnance. Le texte précise que seuls les pharmaciens titulaires d'une officine et inscrits au Conseil de l'Ordre des Pharmaciens peuvent réaliser ce type de ventes. Cependant, le gouvernement prépare un « Code de Bonnes Pratiques » qui prévoit des mesures restrictives, voire dissuasives pour la vente en ligne.
En effet, dans sa version actuelle, le Code interdit au pharmacien de vendre ses produits moins chers sur la toile. Il doit aussi obligatoirement facturer les frais de port au client et nécessairement avoir en stock dans son officine le produit proposé sur son site internet. Ce texte montre un certain recul du gouvernement sur le sujet et représente une véritable entrave au développement de ce nouveau canal de distribution de certains produits de santé.
Les propositions de Cédric O'Neill et Sabine Safi, co-fondateurs de la plateforme 1001Pharmacies :
1. La concertation
Suspendre temporairement l'application du Code et ouvrir une grande réflexion avec tous les acteurs du secteur ainsi que les instances concernées : pharmaciens d'officines et spécialisés dans la vente sur internet, associations de consommateurs, associations de patients, élus locaux, etc.
 
2. Des prix libres
Conserver la liberté de tarification afin de préserver une saine concurrence, et éviter à la profession d'être attaquée par la Haute Autorité de la Concurrence.
Le Gouvernement veut interdire aux pharmaciens de vendre moins cher sur internet que dans leur officine. Or les médicaments autorisés pour la vente en ligne sont des produits dont le prix est totalement libre, donc variable d'une officine à l'autre. Pourquoi devrait-on encadrer ces prix à la hausse sur Internet, comme l'exige ce Code ?
Il faut laisser la liberté aux pharmaciens de fixer les prix et laisser jouer la libre concurrence, tout en garantissant le bénéfice consommateur.
 
3. Organiser l'évolution numérique
L'évolution de la vente en ligne de médicaments est inéluctable ! Le gouvernement et les autorités de santé doivent aujourd'hui accompagner cette transition et ne surtout pas la freiner ou l'empêcher de se développer.
Ils doivent accompagner pharmaciens et patients vers une inévitable transition numérique, comprendre et en expliquer les enjeux à toutes les parties prenantes : internet comme relais de croissance pour les petites officines, l'apport d'un service complémentaire réel pour les patients à mobilité réduite ou isolés, etc.
 
4. Sortir des aberrations
Des dispositions comme celle obligeant les pharmaciens à ne proposer sur Internet que des produits en stock dans l'officine démontrent une méconnaissance de la réalité économique, du mode de fonctionnement de cette profession et des besoins des consommateurs.
"Par exemple, un patient ayant besoin de commander un produit très rare ou très spécifique que les pharmacies de son quartier n'ont pas en stock devra se déplacer deux fois : une fois pour commander, une fois pour récupérer le produit. Quand il aurait pu n'avoir pas à se déplacer une seule fois sans cette disposition règlementaire".
Cédric O'Neill, Pharmacien et co-fondateur de 1001Pharmacies.  


Une solution complémentaire pour contrer la disparition des pharmacies

Aujourd'hui en France, un tiers des officines sont en difficulté financière et une pharmacie disparaît tous les trois jours. Il s'agit là d'un phénomène sans précédent, touchant notamment les petites structures installées dans les zones peu densément peuplées, et aggravant ainsi le phénomène inquiétant des déserts médicaux.
 
"La vente en ligne n'est bien sûr pas la solution miracle, mais elle peut redynamiser certaines petites officines et éviter à des patients de faire plusieurs dizaines de kilomètres pour commander ou acheter une boîte de médicament. Nous engageons les autorités de santé à suspendre l'application du « Code de Bonnes Pratiques », afin d'engager une réelle discussion avec tous les acteurs du secteur. Si ce code, véritable non-sens économique, devait rester en l'état, il aurait pour conséquences d'empêcher tout développement de la vente en ligne par des officines françaises, obligeant nos concitoyens à se tourner vers des sites étrangers, dont la moitié des produits sont contrefaits."
Sabine Safi, co-fondatrice et Directrice Générale de 1001Pharmacies.  
 
A propos de 1001Pharmacies
1001Pharmacies, développée par la société eNova Santé, est la première place de marché web permettant aux pharmacies de vendre leurs produits de santé sur Internet. La société vise à devenir un acteur majeur et fédérateur du secteur en pleine évolution de la santé en ligne en France. Elle a obtenu le soutien de la Région Languedoc-Roussillon, d'Oséo et de l'Union Européenne et est accompagnée dans son développement par Via Innova (34), La Financière des Entrepreneurs et Ki Partners depuis le lancement de sa plateforme en octobre 2012.Pour en savoir plus : www.1001pharmacies.com
1001Pharmacies en 3 chiffres :
80.000 visiteurs uniques chaque mois.
7.000 produits référencés
Un réseau national de 40 pharmacies

Assurances et Mutuelles préférées des Français


Pour cette sixième édition, au-delà de l’indice de désirabilité des compagnies d’assurances ou mutuelles préférées des Français (25 marques retenues au total), Promise Consulting
Inc. et le Huffingtonpost.fr ont également souhaité mesurer la notoriété de ces marques. Cette étude a été menée auprès d’un échantillon représentatif national de 1012 personnes, âgées de 18 ans et plus entre le 08 et le 20 février 2013.


Marques les plus appréciées des Français : Les Mutuelles raflent la mise

Macif (3%), MAIF (2%) et Maaf (-2%) composent le trio de tête de ce classement. Ces 3 sociétés d’assurance dites mutualistes, de par leurs statuts, relèvent du principe de l’autogestion et poursuivent un but non lucratif, dans l’intérêt de leurs membres… un modèle dont les français semblent satisfaits puisqu’ils font davantage confiance à ce type d’entité qu’aux assureurs classiques.


Les mutuelles dans le cœur des Français :

1. La Macif (3%)
, société d’assurance mutualiste créée en 1960, est à l’initiative d’une étude récente précisant que 79% des Français font confiance à un assureur mutualiste plutôt qu'à un assureur (16%) ou à une banque (4%). Le  classement de ce baromètre semble ainsi leur donner raison. Si les assurances dommages (auto, habitation, protection juridique…) représentent plus de la moitié de ses activités, la  Macif  propose également des produits d’épargne, comptes bancaire et des offres de prévoyance ou santé. Sa politique tarifaire et la souplesse de ses offres pourraient en partie expliquer son succès auprès du grand public. Ainsi, la Macif  vient récemment de proposer une offre de complémentaire santé modulable en fonction de ses besoins et de son budget. Enfin, le sponsoring sportif est un autre levier permettant de lui assurer une image positive auprès des Français. La Macif a ainsi récemment sponsorisé le navire du Skipper François Gabart, vainqueur de l’édition 2013 du Vendée Globe.


2. Juste derrière, la MAIF (2%) s’accapare la 2nde place du podium. Cette société d’assurance mutualiste appartient au même groupe que la  Macif ainsi que la Matmut : SFEREN. Initialement réservée aux instituteurs, la MAIF a par la suite ouvert ses portes au personnel de l’Education Nationale puis aux fonctionnaires sous tutelle du Ministère de la Recherche et de la Culture. Elle propose désormais des contrats à un plus grand nombre de sociétaires via  Filia MAIF.

Investissant dans de nombreuses campagnes publicitaires télévisées ou radio, la MAIF est désormais connue du grand public à travers sa signature : « assureur militant ». Le 30 janvier dernier, Laurent Thévenin, journaliste aux echos.fr soulignait que la MAIF pouvait compter sur un atout de taille : une base d'assurés plus fidèles que la moyenne (taux de résiliation toutes causes de 4,5 %). Enfin, son taux d'équipement est aussi  « l'un des meilleurs du marché », un sociétaire détenant en moyenne 3,4 contrats chez elle.

3. De son côté, Maaf assurances (-2%) complète notre top 3. Fondée en 1950 sur un modèle identique à celui de la MAIF, cette compagnie était initialement spécialisée dans l’assurance automobile pour les artisans. Elle a par la suite diversifié  ses activités (habitation, santé…) et s’est ouverte à l’ensemble de la population française. Au cours de ces dernières années, Maaf assurances a acquis une réelle notoriété en investissant massivement dans la communication. Ses slogans désormais connus de tous « C’est la Maaf que je préfère » ou encore « Maaf la référence qualité prix » ont clairement  optimisé sa popularité auprès du grand public.

Notoriété et désirabilité, deux notions différentes

Si ce baromètre fait la part belle aux mutuelles quant à l’indice de désirabilité, certaines compagnies d’assurances bien connues des répondants (indice de notoriété) se positionnent en queue de peloton. Ainsi,  Axa capitalise un taux de notoriété très élevé (70%) mais le groupe français n°1 dans l’assurance en France et n°2 en Europe ne se classe qu’en dixième position (-13%) des marques aspirationnelles. Pourquoi un tel score ? Le service et un large réseau d’agences sont appréciés mais cela ne semble pourtant pas suffire. Ainsi, les prix pratiqués par cette compagnie d’assurance ne correspondant peut-être pas aux attentes des consommateurs de plus en plus exigeants. Notons cependant que le n°1 français n’est pas le plus touché dans ce baromètre. Sur 25 compagnies testées, Allianz (n°1 européen), Generali (n°3 européen), ou Swiss Life (n°2 hexagonal sur la prévoyance santé) ne figurent pas dans le top 10.


Compagnies préférées des 18-34 ans : la communication fait-elle la différence ?

Alignés sur l’ensemble de la population Française, les 18-34 ans classent également la  Macif (9%) et la MAIF (2%) sur les deux premières marches du podium.


En revanche, Axa (0%) s’accapare la troisième marche du podium. La compagnie a su réunir les ingrédients pour communiquer auprès des 18-34 ans et leur proposer des offres adaptées à leurs besoins :
- Réponse aux attentes d’une génération connectée par le biais de son offre « Protection Familiale Intégr@le » qui protège les accidents de la vie courante mais également les  risques de la vie numérique (usurpation d’identité, fraude à la carte bancaire…)

- Mécénat scientifique dans le cadre du « Fond Axa pour la Recherche »
Campagne télévisées à répétition dont une ayant fait le buzz sur la toile car un protagoniste téléphonait au volant.
A noter aussi,  Groupama (-7%) gagne deux places dans ce classement en se positionnant à la cinquième place de ce top 10. Sa stratégie de communication semble en effet porter ses fruits auprès de la cible 18-34 ans. Passons sur les campagnes télévisées

et la désormais célèbre « Cerise » et concentrons nous sur le sponsoring ou le marketing sportif, secteur où  Groupama investit massivement. Franck Cammas, skipper vainqueur de le Route du Rhum en 2010 et de la Volvo Ocean Race en 2011-2012 était à la barre d’un navire aux couleurs de  Groupama. Sur la terre ferme, Groupama s’est longtemps associé à l’élite de la ligue 1 de Football avec des équipes comme Lyon, Bordeaux ou Marseille. En Rugby, la compagnie sponsorise le Stade Toulousain, club le plus titré de France. Groupama finance également l’équipe de handball de Montpellier et s’investit dans les actions de mécénat culturel, à l’image de la Fondation Groupama Gan pour le cinéma qui soutient la production et la distribution de films français.

Segmentation marketing optimisée et communication adaptée seraient-ils ainsi les éléments fondamentaux pour assurer une  image positive auprès des jeunes générations ?

« Historiquement le mouvement mutualiste puise une partie de ses origines en France : destiné à protéger les plus démunis en particulier dans le milieu ouvrier, il s’est accompagné de formes originales de protection, d’assurance collective, de coopératives dans tous les domaines, etc. Les Français semblent encore sensibles à cet esprit solidaire, une des valeurs montantes dans le cadre des études menées sur les comportements face à la crise. Pour autant, il convient de souligner que les scores de désirabilité de l’ensemble des acteurs sont perfectibles. Bien que meilleurs que ceux relevés pour les banques, ces scores témoignent d’une défiance des Français vis-à-vis des établissements financiers… et peut-être plus profondément un rapport ambigu à l’argent. L’un des enjeux reste la captation de la clientèle des jeunes (en plus de celle des revenus aisés). Sur ce terrain, la communication et la  qualité des offres sont des leviers sur lesquels les groupes leaders ont aujourd’hui fortement investi : MACIF,

MAIF et AXA semblent bien placés pour emporter la part… de coeur » conclut Pr. Philippe JOURDAN, associé fondateur de Promise Consulting Inc. / Panel On the Web,  consologue, Rédacteur en Chef de la Revue Française du Marketing et auteur de l’ouvrage Dunod : « A nouveaux consommateurs, nouveau marketing : zoom sur le Conso’Battant ».

A propos de Promise Consulting
Inc.
Née en 2008, Promise Consulting
Inc. intègre l’ensemble des métiers liés à la prise de décision marketing (études, analyse, conseil) en s’appuyant sur l’expertise et le savoir-faire de ses 3 filiales : Panel On The Web (créée en 2000) ; Panel On The Web Field (lancée en 2009) ; JPL

Consulting (fondée en 1998). La société apporte son expertise aux marques souhaitant se développer tant sur les marchés locaux  qu'internationaux. Elle dispose d'un département recherche marketing qui lui permet de développer des outils d'aide à la décision innovants  pour les décideurs, de les accompagner dans la mesure de la brand value et dans la simulation de plans d’actions marketing. La société est  également certifiée OPQCM, Social Media Marketing de la DMA et adhère aux règles SYNTEC et ESOMAR.

Références : Agence V, Altavia, AXA, Bouygues Telecom, BPE, Canal +, Carrefour, Danone, DDB, Documentation Française, Duke, Elle et Vire,
Entremont, Fortuneo, Gillette, GSK, Guerlain, HSBC, La Française des Jeux, L’Oréal, LVMH, Mac Donald, Meetic, Mercuri Urval, Microsoft,

Nissan, Procter § Gamble, Publicis, Renault, Relais et Châteaux, Royal Canin, Samsung, Seb, Société Générale, TBWA, Technicolor, Total,

Thomson, United Biscuits, Virgin Mobile, Volkswagen, Voyages SNCF, etc.

Du 23 au 30 mars 2013 : 8ème Semaine Nationale du Rein



Pour sa huitième édition, la Semaine Nationale du Rein se déroulera au mois de mars (et non plus en octobre). Elle coïncide désormais avec la Journée Mondiale du Rein, promue et animée par la Fondation du Rein. Cette journée, et tous les événements qui l’entourent, sont placés sous le haut patronage de Monsieur François Hollande, Président de la République. Ce changement de date inaugure un partenariat plus étroit entre la FNAIR (Fédération Nationale d’Aide aux Insuffisants Rénaux) et la Fondation du Rein, dont le Conseil scientifique décide de l’allocation de subventions de recherche. Ainsi, le 20 mars 2013, la FNAIR remettra une bourse de 40 000 euros à l’occasion du gala de la Fondation, à la Sorbonne. Notre objectif : rendre encore plus visible cette semaine d’information et de prévention du grand public autour des maladies rénales


L’insuffisance rénale, un fléau

Près de 500 millions d'individus dans le monde, dont 3 millions en France, sont atteints d'une maladie rénale. La maladie rénale est une affection sans symptôme, qui progresse à bas bruit. Chaque nnée en France, près de 10 000 personnes apprennent qu’ils souffrent d’une insuffisance rénale chronique (IRC)… C’est souvent trop tard. Pour plus d’un tiers d’entre elles, le diagnostic est posé au dernier moment ; ils doivent alors être dialysés en urgence. Un dépistage précoce aurait pourtant permis de retarder et de préparer cette mise en dialyse, voire de l’éviter, notamment par un traitement de la maladie rénale, ou en cas d’IRC au stade ultime, en proposant une greffe préemptive).

L’insuffisance rénale chronique en chiffres*

En France, 39 183 personnes sont dialysées

31 139 personnes sont porteurs d’un greffon rénal

9 030 patients sont en attente d’une greffe de rein.



* Chiffres du registre REIN au 31 décembre 2011 sur 25 régions françaises


La Semaine Nationale du Rein


• Des lieux de dépistage dans toute la France

Les opérations de sensibilisation et de dépistage
anonyme et gratuit se dérouleront comme depuis 8 ans au sein d’établissements de santé (hôpitaux, cliniques et centres de dialyse qui proposeront un test de dépistage de protéinurie et d’hématurie par bandelette urinaire). Près de 300 établissements et 1500 laboratoires d’analyse étaient partenaires de la FNAIR lors de la dernière édition de la Semaine Nationale du Rein.

• Deux grands thèmes à l’honneur


A l’occasion de la Semaine du Rein, la FNAIR a décidé d’apporter un éclairage sur deux thématiques qui conditionnent très largement la qualité de soins et de vie des personnes en insuffisance rénale chronique : l’autonomie en dialyse et le suivi de l’insuffisance rénale aiguë. Ces deux thèmes feront l’objet de colloques à travers toute la France, grâce aux 24 associations régionales que fédère la FNAIR.


Plus d’informations sur :
www.semainedurein.fr