topblog Ivoire blogs

24/01/2013

Lancement du programme européen de soutien aux femmes vivant avec le VI

Quand annoncer sa séropositivité à son partenaire ? Comment gérer au mieux sa vie sexuelle ? Quels sont ses droits quand on est une femme vivant avec le VIH ?...

Les femmes infectées par le VIH pourront trouver réponses à leurs questions dans un programme unique de soutien consultable gratuitement sur le site internet : www.sheprogramme.fr. Le programme SHE a été élaboré par des femmes infectées par le VIH, des associations de patients et des médecins spécialisés dans le suivi de patients atteints du VIH. Il a vocation à aider les femmes et les jeunes filles atteintes du VIH à mieux vivre avec le VIH, à développer leur autonomie et à reprendre confiance en elles, grâce, entre autres, à la mise en place de groupes d’entraide.Chaque seconde une femme est contaminée par le VIH dans le monde[1]. En 2010 en France, les femmes représentaient 32% des personnes nouvellement dépistées séropositives, dont 13% ayant moins de 25 ans[2]. En 2009, en France 48 000 femmes étaient infectées par le VIH[3]. Un programme dédié aux femmes séropositives Associations de patients, médecins spécialisés dans la prise en charge de patients atteints de VIH et femmes séropositives ont collaboré ensemble en Europe afin de mettre au point un programme unique, SHE, destiné plus spécifiquement aux femmes porteuses du virus du sida, afin de répondre aux questions qu’elles peuvent se poser. Des échanges bénéfiques pour améliorer la qualité de vie Discrimination, rejet, violence, précarité, isolement…., sont le lot de nombreuses femmes atteintes du VIH. « La grande majorité des femmes qui viennent à Ikambere souffrent de discrimination liée à leur séropositivité. Certaines ont été exclues par leur mari ou leur famille ; d’autres ont été licenciées. Ces femmes se trouvent plongées dans une grande précarité et dans une profonde détresse émotionnelle. Différents groupes de discussion entre pairs sont organisés dans les associations de patients ou à l’hôpital. Les participantes échangent sur une thématique du programme et font part de leur expérience, des difficultés rencontrées, de leurs peurs, de leurs succès. Une optimisation de la prise en charge contraception, grossesse, ménopause... Les femmes ont des spécificités dont il faut tenir compte dans leur prise en charge médicale. Le programme permet aux professionnels de santé d’être sensibilisés à ces problématiques. [1]ONUSIDA2011. Disponible sur www.unaids.org/en/resources/infographics/20120608gendereveryminute/ dernier accès janvier 2013. [2]Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire – InVS. L’infection à VIH-sida en France en 2009-2010 : découvertes de séropositivité, admissions en ALD et pathologies inaugurales de sida. 29 novembre 2011. Disponible sur www.invs.sante.fr/content/download/23800/134355/version/15/file/BEH_43_44_2011.pdf. Dernier accès janvier 2013 [3]Rapport ONUSIDA/OMS 2010. Disponible sur www.sheprogramme.fr En savoir plus : Retrouvez toutes les thématiques de la boîte à outils, de plus amples informations et des vidéos gratuitement sur : www.sheprogramme.fr http://www.unaids.org/GlobalReport/documents/20101123_GlobalReport_full_en.pdf dernier accès janvier 2013 Association ayant participé pour la France à l’élaboration du Programme SHE : Sida Info Service, www.sida-info-service.org/

Mucoviscidose et dépistage

Dépistage précoce, quel intérêt?

Ce dépistage a pour objectif de permettre aux enfants atteints de mucoviscidose de bénéficier d'une prise en charge immédiate, pour améliorer le pronostic vital et retarder les signes de l'affection telles que les détériorations pulmonaires et nutritionnelles.


Eviter l'errance avant le diagnostic
Avant la mise en place du dépistage néonatal en 2002 par l'AFDPHE, le parcours jusqu'au diagnostic formel de la mucoviscidose était souvent long et difficile.
Les symptômes révélateurs de la maladie peu spécifiques, la méconnaissance de l'affection par certains médecins et les difficultés de réalisation et d'interprétation du test de la sueur, constituaient souvent des causes de retard du diagnostic. Le parcours jusqu'à celui-ci était donc souvent très éprouvant et faisait vivre au patient de nombreux dangers à cause d'une prise en charge inadaptée.
 
Un diagnostic précoce pour une prise en charge optimale
La mise en place du dépistage néonatal permet d'accompagner l'enfant et sa famille vers une prise en charge adaptée au sein des centres de ressources et de compétences de la mucoviscidose (CRCM) pour lui donner une meilleure qualité de vie et ralentir l'évolution de la maladie. Elle se traduit par un suivi régulier réalisé par une équipe spécialisée pluridisciplinaire (pédiatre, pneumologue, gastro-entérologue, kinésithérapeute, psychologue, infirmière coordinatrice, diététicien...). Des consultations et des bilans de santé sont réalisés dans une optique préventive sur les plans pulmonaire et nutritionnel, ou bien symptomatique lors des surinfections pulmonaires ou des infléchissements de croissance.


Dix ans de dépistage néonatal pour la mucoviscidose:
un bilan positif
La création des CRCM en 2002, structures pluridisciplinaires soutenues par l'association depuis 1992, a été le prérequis ayant permis la généralisation du dépistage néonatal pour une meilleure appréhension de la maladie.
Dix ans après sa systématisation, le Professeur Michel Roussey, responsable du CRCM de Rennes et président de l'AFDPHE note que 48 % des bébés pour lesquels on pose un diagnostic précoce présentent déjà des troubles symptomatiques : « ils souffrent de problèmes digestifs et leur courbe de poids n'augmente pas ».
La prise en charge est donc un vrai bénéfice pour retarder la survenue de manifestations cliniques et donner à l'enfant les meilleures chances de contrôler la maladie.
 


Le diagnostic sur dépistage
Depuis 2002, un dépistage est effectué à la maternité chez tous les nouveau-nés. Il est réalisé sur quelques gouttes de sang séché, prélevé au troisième jour de vie. Au-delà d’un certain seuil du dosage d’une enzyme dénommée « trypsine immunoréactive », la recherche des principales mutations de la mucoviscidose est effectuée. Lorsque le test de dépistage amène à suspecter une mucoviscidose, les parents de ces nouveau-nés sont contactés par un médecin pour réaliser dans un CRCM, un contrôle clinique et des examens complémentaires dont le « test de la sueur » ou dosage de chlore sudoral. L’augmentation du chlore dans la sueur est spécifique de la mucoviscidose. Quand le taux de chlore est supérieur à la valeur seuil, le diagnostic de mucoviscidose est alors confirmé.

Vaincre la Mucoviscidose est une association reconnue d’utilité publique, agréée par le Comité de la charte du don en confiance et habilitée à recevoir des legs, des donations et des assurances-vie.

23/01/2013

Si l'information santé vous intéressse...

D’un blog à l’autre Vous êtes (ou pas) destinataire de la veille "Mine d'Infos", envoyée chaque jeudi par mail.

Retrouvez  certaines informations "en primeur" ainsi que les principales dépêches santé/protection sociale de la veille hebdomadaire.

Vous pouvez si vous le souhaitez, faire circuler le lien http://pressentinelle2.blogspot.fr/ dans vos réseaux (documents libres de droit).