topblog Ivoire blogs

21/02/2013

A propos de la contraception

Contraception : 3 questions au Dr Brigitte Letombe gynécologue à Lille

 


 
 

Comment décririez-vous la demande des femmes en terme de contraception ?


En tant que gynécologue médicale, je prescris évidemment beaucoup de contraceptifs de type pilules ou dispositifs

intra-utérins. Mais je vois aussi beaucoup de femmes, notamment de plus de 38 ans, qui ont des contre-indications

aux contraceptifs classiques et qui sont très angoissées à l’idée de se retrouver de nouveau enceintes. Et même

celles qui sont sous pilules ou stérilets ne sont pas vraiment tranquilles. Ce qu’elles veulent, c’est ne plus y penser !



 
 

Quelle est la place des méthodes de contraception définitive


dans votre consultation ?


Jusqu’à récemment, la ligature tubaire par voie coelioscopique entraînait des réticences. C’est une technique chirurgicale

invasive, pratiquée sous anesthésie, qui nécessite une hospitalisation. Tout cela paraît démesuré pour un

contraceptif… Mais l’arrivée d’Essure a vraiment changé la donne. Il n’y a plus de risque lié à l’acte chirurgical et

anesthésique et toutes les femmes sont remboursées, quel que soit leur âge. Nous, médecins, ne sommes pas là

pour imposer quoi que ce soit aux femmes mais pour les informer. A elles, ensuite, de prendre le temps de la réflexion.

Ce qu’elles font !



 
 

Que pensez-vous du risque qu’elles changent d’avis après l’intervention ?


Cela peut arriver, mais c’est tellement rare. Je n’y ai jamais été confrontée dans ma patientèle. Notre société a une

image des femmes comme étant incapables de faire le deuil de leur fertilité avant que la nature ne le leur impose !

Ce n’est pas ce que je constate dans ma pratique. Les femmes savent qu’elles ne veulent plus d’enfants. Elles y

réfléchissent, elles pèsent le pour et le contre, elles se posent les bonnes questions. Arrêtons de les stigmatiser !

Oui, les femmes savent ce qu’elles veulent !

20/02/2013

D'un blog à l'autre...

Enquête de lectorat

 

 

Le blog« Mine d’Infos »ouvert en septembre dernier vient de franchir la barre des 47 000 visites.
 

 

Pour aider le rédacteur du blog à franchir la barre des 50 000 visites , rendez-vous sur
http://pressentinelle2.blogspot.fr/

 pour découvrir le blog et livrez vos impressions à chaud grâce à ce court questionnaire de satisfaction en cliquant sur ce lien:

 

 

 Les résultats du mini sondage sont publiés sur le blog

Pour information ce lien donne en fin de questionnaire la possibilité de construire un sontage gratuit sur son propre blog, enquête etc....

 

 

 


 

 


Le coup de gueule de José BOVE

Farines animales et arrêt du dépistage de la maladie de la vache folle : une nouvelle décision aberrante

 

Depuis le 4 février 2013, la Commission européenne autorise les Etats membres à ne plus pratiquer de dépistage systématique de la maladie de la vache folle. Pour rappel, les premiers cas de vaches folles avaient été détectés en Grande-Bretagne en 1996. Ils avaient entrainé une crise de confiance sans précédent à l'échelle de l'Union européenne. Cette crise a causé un nombre de victimes qui reste inconnu à ce jour.

 

Pour José BOVE- Vice-président de la Commission de l'Agriculture et du Développement rural du Parlement européen:

 

"Lorsqu'on voit l'opacité de la filière viande révélée par les trafics de la viande de cheval que l'on retrouve d'un bout à l'autre de l'Europe, cette décision est totalement scandaleuse. La Commission européenne est entrain de démanteler toutes les barrières qui avaient été mises en place dans l'urgence en 1996 pour enrayer une crise sanitaire sans précédent.

 

A ma connaissance, aucune étude épidémiologique sérieuse n'a jamais été réalisée pour connaitre le nombre de victimes de la maladie de Creutzfeld Jacob.

 

La Commission pense que la situation est désormais sous contrôle et que l'on peut donc lever la surveillance. C'est l'inverse qui est vrai. C'est parce que des contrôles ont été mis en place et maintenus que l'épisode de la vache folle a pu être endigué.

 

Je rappelle également que des milliers de vaches ont été abattues, des paysans ont été ruinés. Je ne veux pas que cette situation puisse se reproduire.

 

Réintroduire peu à peu les farines animales est inacceptable. Couplée à cette nouvelle décision de la Commission de ne plus faire de test de la vache folle au moment de l'abattage relève d'une totale 'irresponsabilité.

 

La Commission européenne doit stopper cette double dérive. Il en va de la sécurité alimentaire et sanitaire de 500 millions d'européens. Je demande à la Présidence irlandaise d'inscrire ce point à l'ordre du jour du prochain Conseil européen de l'agriculture."