topblog Ivoire blogs

29/01/2013

Programme « Urgences de la Recherche » de la Fondation pour la Recherche Médicale :

 

14 projets de recherche lancés pour permettre  de mieux comprendre les maladies mitochondriales.
 
A Paris le 29 janvier 2013 – Dans le cadre de son programme « Urgences de la Recherche », la Fondation pour la Recherche médicale a sélectionné 14 projets de recherche innovants sur les aspects moléculaires et cellulaires des pathologies mitochondriales. Des travaux qui ont notamment pour objectif de comprendre les maladies mitochondriales afin d’améliorer leur diagnostic et de favoriser le développement de traitements curatifs et plus largement de mieux évaluer le rôle des mitochondries dans d’autres pathologies plus fréquentes.  Grâce aux donateurs de la FRM, plus de 3 millions d’euros sont engagés pour soutenir ce domaine de la recherche pluridisciplinaire.

 
Minuscules structures présentes en grand nombre dans nos cellules, les mitochondries ont deux caractéristiques essentielles : elles jouent un rôle central dans le métabolisme énergétique cellulaire et possèdent leur propre génome. Elles ont également d’autres rôles et sont notamment des acteurs clés de la mort et de la prolifération de certaines cellules.
Leur dysfonctionnement, qu’il soit héréditaire ou acquis, est à l’origine de nombreuses pathologies humaines, certaines très sévères, rares ou communes, touchant à la fois les enfants et les adultes et affectant de nombreux tissus et organes : muscles, cœur, œil, cerveau…
 
Alors que des liens de plus en plus précis commencent à être évoqués entre anomalies mitochondriales et maladies cardiaques, cancer, maladies métaboliques et même certains cas de maladies neurodégénératives comme Parkinson ou Alzheimer, les mitochondries bénéficient aujourd’hui d’un regain d’intérêt de la part de la communauté scientifique. Via son programme « Urgences », la Fondation pour la Recherche Médicale intervient chaque année dans des domaines de la recherche jugés trop peu explorés ou trop peu soutenus au regard de l’importance des enjeux. C’est dans ce cadre qu’elle a lancé, en 2012, un appel d’offres pour soutenir des projets sur tous les aspects moléculaires et cellulaires des pathologies mitochondriales.
 
« Comme tous nos appels à projets thématiques, il émane d’une recommandation du Comité de la recherche, qui avait identifié ce domaine scientifique comme prioritaire. Car, au-delà des maladies mitochondriales héréditaires, nous sommes face à un nombre croissant d’études qui montrent une implication des mitochondries dans des pathologies très répandues. Cela justifie la nécessité de soutenir une véritable recherche fondamentale en la matière. » Explique Valérie Lemarchandel, directrice des affaires scientifiques de la Fondation.
 
De l’identification des gènes responsables de maladies mitochondriales héréditaires, à l’évaluation du rôle des mitochondries dans les mécanismes de destruction du cœur au cours d’un infarctus du myocarde, les projets de recherche innovants, soutenus par la Fondation pour la Recherche Médicale, servent de nombreux domaines de la médecine.
 
Vous trouverez en pièce-jointe un dossier de presse qui présente :
-       les enjeux de la recherche sur les mitochondries ;
-        les lauréats de l’appel à projets ;
-       la présentation de trois projets lauréats particulièrement innovants.
 
   
A propos de la Fondation pour la Recherche Médicale
Principal partenaire caritatif de la recherche médicale publique française, la Fondation pour la Recherche Médicale est la seule organisation à but non lucratif engagée dans tous les secteurs de la recherche médicale : maladies neurologiques, maladies infectieuses, maladies cardiovasculaires, cancers… Elle a pour ambition de développer une recherche de pointe au service de la santé de tous. Chaque année, plus de 750 équipes de recherche bénéficient du soutien de la Fondation. La FRM est reconnue d’utilité publique et membre du Comité de la Charte du don en confiance. Elle agit en toute indépendance grâce au soutien régulier de plus de 400 000 donateurs.

Pour plus d’informations : www.frm.org

24/01/2013

Lancement du programme européen de soutien aux femmes vivant avec le VI

Quand annoncer sa séropositivité à son partenaire ? Comment gérer au mieux sa vie sexuelle ? Quels sont ses droits quand on est une femme vivant avec le VIH ?...

Les femmes infectées par le VIH pourront trouver réponses à leurs questions dans un programme unique de soutien consultable gratuitement sur le site internet : www.sheprogramme.fr. Le programme SHE a été élaboré par des femmes infectées par le VIH, des associations de patients et des médecins spécialisés dans le suivi de patients atteints du VIH. Il a vocation à aider les femmes et les jeunes filles atteintes du VIH à mieux vivre avec le VIH, à développer leur autonomie et à reprendre confiance en elles, grâce, entre autres, à la mise en place de groupes d’entraide.Chaque seconde une femme est contaminée par le VIH dans le monde[1]. En 2010 en France, les femmes représentaient 32% des personnes nouvellement dépistées séropositives, dont 13% ayant moins de 25 ans[2]. En 2009, en France 48 000 femmes étaient infectées par le VIH[3]. Un programme dédié aux femmes séropositives Associations de patients, médecins spécialisés dans la prise en charge de patients atteints de VIH et femmes séropositives ont collaboré ensemble en Europe afin de mettre au point un programme unique, SHE, destiné plus spécifiquement aux femmes porteuses du virus du sida, afin de répondre aux questions qu’elles peuvent se poser. Des échanges bénéfiques pour améliorer la qualité de vie Discrimination, rejet, violence, précarité, isolement…., sont le lot de nombreuses femmes atteintes du VIH. « La grande majorité des femmes qui viennent à Ikambere souffrent de discrimination liée à leur séropositivité. Certaines ont été exclues par leur mari ou leur famille ; d’autres ont été licenciées. Ces femmes se trouvent plongées dans une grande précarité et dans une profonde détresse émotionnelle. Différents groupes de discussion entre pairs sont organisés dans les associations de patients ou à l’hôpital. Les participantes échangent sur une thématique du programme et font part de leur expérience, des difficultés rencontrées, de leurs peurs, de leurs succès. Une optimisation de la prise en charge contraception, grossesse, ménopause... Les femmes ont des spécificités dont il faut tenir compte dans leur prise en charge médicale. Le programme permet aux professionnels de santé d’être sensibilisés à ces problématiques. [1]ONUSIDA2011. Disponible sur www.unaids.org/en/resources/infographics/20120608gendereveryminute/ dernier accès janvier 2013. [2]Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire – InVS. L’infection à VIH-sida en France en 2009-2010 : découvertes de séropositivité, admissions en ALD et pathologies inaugurales de sida. 29 novembre 2011. Disponible sur www.invs.sante.fr/content/download/23800/134355/version/15/file/BEH_43_44_2011.pdf. Dernier accès janvier 2013 [3]Rapport ONUSIDA/OMS 2010. Disponible sur www.sheprogramme.fr En savoir plus : Retrouvez toutes les thématiques de la boîte à outils, de plus amples informations et des vidéos gratuitement sur : www.sheprogramme.fr http://www.unaids.org/GlobalReport/documents/20101123_GlobalReport_full_en.pdf dernier accès janvier 2013 Association ayant participé pour la France à l’élaboration du Programme SHE : Sida Info Service, www.sida-info-service.org/