topblog Ivoire blogs

21/02/2013

A propos de la contraception

Contraception : 3 questions au Dr Brigitte Letombe gynécologue à Lille

 


 
 

Comment décririez-vous la demande des femmes en terme de contraception ?


En tant que gynécologue médicale, je prescris évidemment beaucoup de contraceptifs de type pilules ou dispositifs

intra-utérins. Mais je vois aussi beaucoup de femmes, notamment de plus de 38 ans, qui ont des contre-indications

aux contraceptifs classiques et qui sont très angoissées à l’idée de se retrouver de nouveau enceintes. Et même

celles qui sont sous pilules ou stérilets ne sont pas vraiment tranquilles. Ce qu’elles veulent, c’est ne plus y penser !



 
 

Quelle est la place des méthodes de contraception définitive


dans votre consultation ?


Jusqu’à récemment, la ligature tubaire par voie coelioscopique entraînait des réticences. C’est une technique chirurgicale

invasive, pratiquée sous anesthésie, qui nécessite une hospitalisation. Tout cela paraît démesuré pour un

contraceptif… Mais l’arrivée d’Essure a vraiment changé la donne. Il n’y a plus de risque lié à l’acte chirurgical et

anesthésique et toutes les femmes sont remboursées, quel que soit leur âge. Nous, médecins, ne sommes pas là

pour imposer quoi que ce soit aux femmes mais pour les informer. A elles, ensuite, de prendre le temps de la réflexion.

Ce qu’elles font !



 
 

Que pensez-vous du risque qu’elles changent d’avis après l’intervention ?


Cela peut arriver, mais c’est tellement rare. Je n’y ai jamais été confrontée dans ma patientèle. Notre société a une

image des femmes comme étant incapables de faire le deuil de leur fertilité avant que la nature ne le leur impose !

Ce n’est pas ce que je constate dans ma pratique. Les femmes savent qu’elles ne veulent plus d’enfants. Elles y

réfléchissent, elles pèsent le pour et le contre, elles se posent les bonnes questions. Arrêtons de les stigmatiser !

Oui, les femmes savent ce qu’elles veulent !

25/01/2013

DEMAIN 26 janvier 2013 : cela fera 656 jours que Michel Gbagbo est incarcéré à Bouna